Marionnettes de ANDREE AUBONNET

Dans la forêt du temps, un arbre se transforme
Un visage est né coupé de ses racines .
Les rides aiguë des heures qui s' égouttent inlassables, creusent jusqu' à l' aubier l' angoisse du devenir.
Les larmes gravent leurs empreintes.
Un sourire parfois étoile son écorce.
Ses branches désincarnées se libèrent, fils multipliés pou l' ébauche d' un geste.
La main qui les noue les fera refleurir
anne- Marie Callamard

Commentaires

26.05 | 10:48

Bonjour Ahmed, merci pour votre visite et vos commentaires.
Seul votre professeur d' Arts Plastiques peut décider mon intervention au collège. Cordialement.

...
25.05 | 21:10

est ce que vous pouver venir au college jean monnet s il vous plait

...
25.05 | 21:04

beaux puzzle

...
22.05 | 20:04

Merci pou ce sympathique commentaire qui me fait plaisir . J' ai moi aussi un excellent souvenir de notre
rencontre . Cordialement .A-M Callamard

...